The Uinta Highline

Par Erik Barrus

Ma fille a deux ans et elle a déjà compris à quel point j'aime être en nature. Chaque fois que je ne suis pas à la maison et qu'elle se demande où je suis, ma femme lui répond "Papa est au travail", et sans hésiter, ma fille tape du pied et déclare avec autorité "Non, Papa fait de la randonnée !".

J'ai toujours trouvé un profond réconfort et une grande sérénité dans les montagnes. J'ai eu la chance de grandir au Montana, où les montagnes étaient toujours à portée de main. J'ai toujours aimé la randonnée car elle me permettait d'être plus en phase avec la nature et de trouver des endroits uniques et impressionnants. Je crois que le mot "impressionnant" a perdu beaucoup de son impact parce qu'il est devenu courant dans notre langage et qu'il est utilisé de façon si désinvolte. L'Uinta Highline m'a laissé bouche bée plus souvent que je ne peux le compter.

J'avais envie de parcourir le sentier "Uinta Highline" depuis probablement trois ou quatre ans, depuis que j'étais déménagé au Utah. Cette année là, au mois de janvier, mon ami et moi avons décidé qu'il était temps de le faire ! Nous avons acheté des cartes et commencé à calculer le nombre de jours que nous prendrions pour le parcourir, ainsi que tous les autres détails. Ma proposition initiale était assez ambitieuse. "Faisons-le en cinq jours", ai-je dit à mon copain. Il a proposé 10 jours, ce à quoi j'ai répondu : "Pas question". Nous nous sommes finalement mis d'accord sur sept jours.

Après six mois de planification ardue, nous étions sur le sentier. Nous avons commencé notre randonnée la dernière semaine de juillet pour nous donner les meilleures chances d'avoir un temps décent. La plus grande partie de l'Uinta Highline se trouve au-dessus de 10 000 pieds et donc sujette à des températures plutôt folles, sans compter que le sentier n'est exempt de neige que pendant 4 à 6 semaines par an. Un autre groupe qui avait commencé quelques semaines après nous a dû partir plus tôt en raison de fortes chutes de neige... en août !

Nous avons donc commencé notre séjour dans la nature sauvage. La première section de 20 miles de la randonnée commence avec une "section sèche". Il n'y a pratiquement pas d'eau dans cette section et vous devez donc commencer avec ce dont vous aurez besoin pour toute la première journée de randonnée. Nous avions planifié la quantité dont nous aurions besoin et tout s'est déroulé comme prévu... Cela aurait été vraiment génial si c'était le cas... À la fin de la journée, nous devions boire l'eau d'une flaque de boue sur laquelle nous étions tombés par hasard et qui était chargée de toutes sortes de protozoaires qui ne demandaient rien de plus que de donner à notre joyeuse bande d'hommes la tourista! Heureusement, au cours de nos mois de planification, nous avions décidé que des filtres à eau seraient une bonne chose à apporter...

Le premier jour, nous avons parcouru plus de 18 miles à pied, consommé des litres d'eau purifié et monté notre camp sous la pluie. Nous étions loin de nous douter que nous allions passer une semaine dans la flotte. Heureusement que je ne m'appelle pas Gizmo, sinon nous aurions eu des problèmes.

Le temps passé sur ce sentier donne une multitude d'occasions de réfléchir à d'autres choses que la randonnée à travers des champs de rochers sans fin. J'ai pensé à ma famille, à mes rêves et à mes aspirations, à des traumatismes profondément ancrés, j'ai ri avec mes amis, j'ai pleuré à chaudes larmes, j'ai maudit les cieux, j'ai communié avec des forces invisibles. J'ai ressenti la colère de Dieu dans ce qui a été l'orage le plus effrayant que j'aie jamais vécu en plein air. Notre deuxième nuit de camping a été marquée par un orage de foudre qui a fait trembler la terre. Alors que la tempête se déplaçait directement au-dessus de nos têtes, j'ai littéralement dû placer mes mains sur les poteaux de ma tente pour empêcher celle-ci de succomber aux vents intenses qui soufflaient du flanc de la montagne. Pendant une bonne heure et demie, je suis resté assis là à repenser à tous mes choix de vie. Heureusement, j'ai pu me rendormir et me réveiller devant le plus pittoresque des lacs chargés de brouillard.

Au total, nous avons parcouru plus de 115 miles, 20 000 pieds d'altitude, atteint le point culminant de l'Utah, contemplé les sommets et les vallées les plus haut, franchi huit cols, traversé d'innombrables marais, et accumulé presque aucune blessure, à l'exception de quelques ampoules et d'une petite fracture du pied. Ma rencontre préférée sur le sentier a sans aucun doute été celle où je me suis baignée à poil avec un vieil Australien qui était venu aux États-Unis juste pour faire la Highline, ce qui vous dit un peu à quel point cette randonnée est vraiment incroyable.

J'encourage vivement tous ceux qui pensent être capables de faire une randonnée de ce genre à se lancer dans l'aventure. C'est une excellente façon de se mettre au défi et de vivre une expérience que peu de gens sont capables de vivre. La nature n'est pas là pour que nous la conquérions, mais pour que nous la découvrions. Allez découvrir la difficulté, la beauté et la paix inégalées que seule Mère Gaia peut vous offrir.

Plus d'histoires

Les traditions

Par Erik Barrus De nombreuses personnes ont façonné mes aspirations en matière de pêche à la mouche. C'est mon père qui m'a appris à pêcher avec ma...